Les 3 types de pose de la ouate de cellulose ?>

Les 3 types de pose de la ouate de cellulose

Quand on parle d’isolant écologique ou d’éco-matériaux, la ouate de cellulose est un des matériaux les plus cités par les professionnels. Toutefois, saviez-vous, qu’en plus de ces nombreuses qualités (déphasage thermique, performances acoustiques, comportement au feu, bilan environnemental, traitement des ponts thermiques, gestion de l’hygrométrie, durée de vie et rapport qualité/prix) sa mise en oeuvre est relativement facile ?

La ouate de cellulose présente l’avantage d’un mono-produit pour toutes les épaisseurs et toutes les densités en fonction de la destination de l’isolation, du rendu souhaité ou des performances recherchées.

Toutefois et pour cela, différentes techniques de mise-en-œuvre plus ou moins complexes sont à maîtriser. La pose de l’isolant cellulosique reste donc réservée à des professionnels formés et expérimentés.

Faisons cependant un tour d’horizon des principaux types de pose de la ouate de cellulose, histoire de vous familiariser avec le matériau …

Le Soufflage Ouvert

Pose de la ouate de cellulose par soufflage
Pose de la ouate de cellulose par soufflage

Technique de pose la plus courante, l’épandage à l’air libre, appelé aussi pneumatique ou mécanique, est réalisé en soufflant la ouate sur une surface plus ou moins plane (<10°). Le soufflage est effectué à l’aide d’une machine : la cardeuse-souffleuse. Cette technique est recommandée pour l’isolation de planchers étanches à l’air en combles perdus (composés de fermettes industrielles, par exemple) d’une habitation ou d’un bâtiment non résidentiel. On peut escompter une performance thermique de R=7 (1) avec 34,1 cm posé pour obtenir 28 cm après tassement de la ouate de cellulose Isocell (2) .

Avantages : une technique adaptée à la majorité des combles perdus pour une pose rapide et relativement économique.

Inconvénients : il faut un accès relativement proche pour le camion contenant la cardeuse et le toit et le plancher doivent être en bon état.

Notre conseil : pour choisir cette technique de pose, il faut un plancher qui soit suffisamment résistant pour supporter le surpoids de l’isolant. Le toit doit être exempt de fuites d’eau qui pourraient endommager à terme la qualité de la ouate de cellulose. Pour éviter les fuites de poussières à travers un plancher en bois, il est conseillé de poser un pare-poussière.

 

L’Insufflation en paroi (ou Injection)

pose de la ouate de cellulose par insufflation en caisson
Pose de la ouate de cellulose par insufflation en caisson

Cette technique consiste à injecter sous pression et à sec les fibres de ouate cellulose à l’aide d’une machine pneumatique, pour remplir des cavités (coffres en bois) à une forte densité sur une surface horizontale ou verticale fermée. Une méthode adaptée pour compléter les vides et combler l’espace tels que les planchers, murs et cloisons avec une couche isolante de ouate sans joint et sans tassement ! Cette technique permet d’obtenir des R (1) entre 2 et 9 m²K/W en fonction de l’épaisseur des caissons pour la ouate de cellulose Isocell.

Avantages : cette technique garantit une bonne densité de l’isolant et permet d’isoler sur de nombreux types de supports sans pont thermique et sans tassement de l’isolant. Les fibres s’enchevêtrent pour créer une isolation continue.

Inconvénients : la pose demande de multiples compétences en menuiseries (pose des caissons), en étanchéité (pose d’un pare-vapeur) et en insufflation. Il faut donc prévoir les matériaux et matériels en conséquence.

Notre conseil : pour une isolation réussie, nous recommandons une insufflation au moyen de différents accessoires (buses, plaques et aiguilles) adaptés aux types de parement permettant de maîtriser au mieux la densité minimum de l’isolation.

 

La Projection Humide (ou Flocage)

pose de la ouate de cellulose en projection humide
Pose de la ouate de cellulose en projection humide

Le flocage de ouate de cellulose consiste à projeter des fibres humidifiées (avec ou sans liant naturel) sur des parois verticales et horizontales ouvertes (épaisseur limitée) pour obtenir une surface compacte et sans aucun tassement. On peut espérer obtenir un coefficient de résistance R= 4,88 pour une épaisseur de 20 cm avec la ouate de cellulose Isocell.

Avantages : cette technique de pose est très efficace contre les ponts thermiques.

Inconvénients : la projection humide nécessite aussi l’utilisation de caissons et l’utilisation de l’eau demande de prévoir un temps de séchage en fonction des conditions climatiques.

Notre conseil : une fois la projection de la ouate réalisée, il faudra prévoir une bonne ventilation du bâtiment pour évacuer l’humidité avant de fermer la paroi avec la membrane et le parement.

Quelque soit l’isolation thermique à effectuer, il existe une technique de pose adaptée à votre situation. Assurez-vous des qualités de votre poseur avant mais également après l’isolation avec la ouate de cellulose.


(1) R = Coefficient de résistance thermique exprimé en m².K/W, caractérise la résistance d’un isolant aux flux de chaleur
(2) Le tassement est un phénomène calculé et prévisible dans ce type de pose, contrairement à l’insufflation. On calcule un tassement de 20% pour la ouate de cellulose Isocell. La hauteur du soufflage est calculé pour prendre en compte ce tassement.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 réactions au sujet de « Les 3 types de pose de la ouate de cellulose »

  1. L’insufflation de la cellulose Isocell en caissons, demande un très grands professionnalisme de la part du personnel. Chez Nous, nous contrôlons la densité conseillée par Isocell à plusieurs endroits et à des moments différents dans la journée de travail. Un certificat de bonne densité est remis à l’architecte et ou au maître de l’ouvrage.
    Delhez Systemes est le 1er client Belge de Isocell.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *