L’étanchéité à l’air des bâtiments et ses solutions ?>

L’étanchéité à l’air des bâtiments et ses solutions

Depuis la crise énergétique des années 70, le secteur du bâtiment a pris la mesure de l’importance d’une bonne isolation. Cependant, les défauts d’étanchéité peuvent représenter de 10 à 25 % des déperditions thermiques, et par conséquent augmenter sensiblement les consommations de chauffage, en particulier dans les zones froides.

Pourquoi étancher un bâtiment à l’air ?

sources-de-fuites-repartition-diagrammeL’enveloppe est la coquille du bâtiment : elle sépare le milieu intérieur isolé et confortable du milieu extérieur, et inclut murs, planchers, toitures, portes et fenêtres. Un bâtiment performant et durable est étudié avec une orientation optimisée, des protections solaires, une compacité, une isolation de l’enveloppe, une bonne ventilation, etc. mais également avec une parfaite étanchéité à l’air.

Étancher un bâtiment consiste à éliminer toutes les fuites d’air parasites au travers de l’enveloppe. Bien que souvent invisible à la livraison d’un bâtiment, l’étanchéité à l’air permet de tirer de nombreux bénéfices :

  • améliore l’isolation thermique du bâtiment hiver comme été
  • élimine tous les courants d’air (prises de courant, gaines, trappes, ..)
  • augmente l’efficacité du système de ventilation
  • limite les bruits aériens parasites qui s’infiltrent ainsi par toutes les fissures
  • économise de l’énergie et donc réduit ses factures
  • déplace, de part sa fonction frein ou pare-vapeur, les points de rosée (1) vers l’extérieur de l’enveloppe et réduit donc les risques de dommages liés à l’humidité

La couche intérieure doit ainsi être étanchée par une barrière continue et parfaitement intègre de type matériaux en plaques, des films et joints collés ou des membranes

Quels sont les points sensibles à traiter ?

L’une des clefs de réussite de l’étanchéité à l’air consiste dès le départ du projet en construction, comme en rénovation, d’appréhender tous les points à traiter lors des travaux.

Alors, quels sont ces points sensibles ?

1. Les ossatures légères (bois, acier)

insufflation-ossature-boisCe système constructif est le mieux adapté au principe de maison passive en offrant dans l’épaisseur de sa structure une isolation supplémentaire, mais aussi et surtout au principe de paroi perméante qui améliore la gestion hygrométrique de la maison. L’étanchéité à l’air des MOB joue alors un rôle très important dans cette fonction régulatrice. Isocell propose en plus de ses membranes et adhésifs, une gamme spécifique aux points de raccord des différents éléments de structure comme :

  • Le JOINT en P (p 26)* pour assembler les éléments de mur préfabriqués
  • Le JOINT ST (p 26) et le Caoutchouc alvéolaire LVD (p 26) en EPDM pour les lisses basses
  • Le Ruban Bitume Elastomère AIRSTOP (p 23) et le Ruban d’étanchéification Bande – EPDM (p 27) pour les raccords à la dalle

 

2. Les menuiseries (contours, joints, volets roulants, …)

bandes adhésives pour menuiseries Isocell - collage unilatéral et bilatéral
bandes adhésives pour menuiseries Isocell – collage unilatéral et bilatéral

Sur les bâtiments anciens les infiltrations d’air sont très courantes au niveau des menuiseries. Les défauts d’étanchéité peuvent se situer au niveau des jonctions des menuiseries extérieures et du gros œuvre avec une infiltration au niveau de l’appui, du linteau ou du tableau… En fonction des causes, il s’agira d’adopter le bon calfeutrage.
La « mousse cellulaire souple ISOWINDOW » (p 19) en rénovation est idéale pour supprimer les ponts thermiques et assurer l’étanchéité à l’air et à l’eau dans une certaine mesure.

En neuf, il est préconisé de se référer au document unique, que les menuiseries soient en acier, aluminium, bois, PVC ou mixte, le “NF DTU (2) 36.5 mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures”. Une attention toute particulière doit donc être portée à la réception des tableaux (respect des tolérances), à la liaison avec le gros œuvre (fixation), au choix du calfeutrement avec des « bandes d’étanchéité mousse ISOWINDOW » (P16 à 20).

L’étanchéité peut ensuite être optimisée par des bandes adhésives d’étanchéité à l’air et à l’eau comme respectivement « ISOWINDOW FEBA SOFT » (P 16) et « ISOWINDOW UVAU » (p 18) en neuf et en rénovation.

3. Les réseaux électriques et hydrauliques

Les fuites d’air provenant des équipements électriques représentent jusqu’à 38% des pathologies. La solution idéale consiste à installer le tableau électrique en volume chauffé et à travailler dans l’enveloppe étanche, sans jamais la traverser, en créant un vide technique pour la distribution des gaines. Il est également conseillé d’utiliser des boîtiers électriques étanches.

Manchon de tube AIRSTOP GD 2
Manchon de tube AIRSTOP GD 2

Dans le cas d’une rénovation, il faudra limiter le nombre de percements du système d’étanchéité à l’air et prévoir un espacement suffisant autour de chaque gaine pour permettre le calfeutrement. Ensuite, les professionnels devront adapter l’utilisation de membranes et manchons X en fonction de chaque matériel.

Tous les manchons de câble et tube AIRSTOP (p 24/25) ainsi que le « BUTYL DehnFlex » (p 25) permettent d’assurer ce point.

4. Les éléments de jonctions du bâti

En neuf et pour assurer une meilleure continuité de la membrane d’étanchéité à l’air, il est important, lorsque c’est possible, de bien préparer les jonctions avec des bandes de membrane qui seront assemblées au pare-vapeur au moyen de notre gamme d’adhésifs AIRSTOP (p 13/14/17) ou des mastics-colles AIRSTOP SPRINT (p 15) et UNI (p 21).

raccord-panne raccord-mur raccord-plancher raccord-panne-reno
Raccord de panne Raccord de mur Raccord de plancher Raccord de panne
(réno)

En rénovation, l’adaptation à l’existant ne permettra pas toujours la pose de ces bandes de jonction. Toutefois l’étanchéité à l’air sera assurée au mieux grâce à notre gamme d’adhésifs et mastics-colles AIRSTOP (p 13/14/15/17) qui pourront être associés à nos primaires d’accroche UNI Primer et BUBI LF (p 21) pour les supports les plus difficiles.

5. les éléments traversants (ventilation, trappes, conduits)

Manchon-tube_AIRSTOPDe la bonne étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâti découle le fonctionnement optimum de la ventilation. En fonction de la différence de pression, les fuites d’air non souhaitées laissent, d’un côté, s’échapper de l’air et de la chaleur et, de l’autre, pénétrer le froid.

Quelques règles sont à respecter, comme soigner l’étanchéité au niveau du raccordement des bouches ou entre conduits ou encore entre conduits verticaux et horizontaux.

Les fiches techniques des fabricants spécifient à cette fin des caractéristiques propres aux systèmes et également des recommandations lors de la mise en œuvre.

La gamme d’adhésifs AIRSTOP (p 13/14/17) répond à ces exigences.

gamme-airstop

L’étanchéité à l’air est devenue un véritable enjeu économique et technique qui concerne l’intégralité des acteurs du bâtiment. De la conception au test d’étanchéité final, toutes les étapes, tous les éléments constituant le bâti doivent être attentivement mis en œuvre pour éviter tout désordre. Etant donné que les déperditions thermiques par convection sont plus rapides et importantes, l’étanchéité à l’air représente donc une étape primordiale et même cruciale de l’optimisation énergétique du bâtiment.

* Catalogue Tarif Isocell


(1) point de rosée : est la température à laquelle l’humidité d’un gaz, comme l’air, se condense (se liquéfie) pour former des gouttelettes d’eau.
(2) DTU : document technique unifié, il précise les conditions techniques et contractuelles pour la bonne exécution des ouvrages

Pour aller plus loin : Guide Etanchéité à l’air de l’Ademe (2012)


Enregistrer

3 réactions au sujet de « L’étanchéité à l’air des bâtiments et ses solutions »

  1. L’article est très intéressant surtout la partie qui propose des solutions pour une bonne construction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *