Comparatif de résistance au feu entre la ouate de cellulose et une laine à souffler ?>

Comparatif de résistance au feu entre la ouate de cellulose et une laine à souffler

Comme vous le savez certainement la ouate de cellulose est un isolant thermique dont les principales caractéristiques offrent de vrais avantages en termes de protection contre les incendies. C’est un isolant également écologique puisque son utilisation n’a pas de conséquences directes sur l’environnement étant donné qu’il n’y a pas d’émission de COV et que 90% de sa matière première sont issus du recyclage de papier journal.

D’un point de vue technique,  la ouate de cellulose  se compose de papier journal et de sels minéraux   et possède une grande capacité d’absorption d’eau et une  très bonne résistance aux moisissures. Munie de longues fibres , limitant les ponts thermique, la ouate assure une excellente résistance contre le feu.

Le test au feu

L’institut contre le feu et la Recherche de Sécurité IBS, Linz (Autriche)* a effectué un test au feu le 28/11/11. Pour ce test, la ouate de cellulose Isocell  a été soufflée dans une caisse (240 x 1055 x 350 (h) mm) et ensuite elle a été exposée aux flammes. Le test a duré 36 minutes et a démontré que la ouate de cellulose a formé une croûte sur les 10 à 15 cm du dessus et que les 20 cm en dessous n’ont pas été détériorées par le feu.

test-feu-ouate-cellulose-isocell

Comparaison interne

Isocell  a, par ailleurs, réalisé une comparaison du comportement au feu de sa ouate de cellulose par rapport à un autre isolant, la laine minérale SUPAFIL Loft de Knauf.

Pour la réalisation de cette comparaison, une caisse de 40 x 40 x 30 cm  a été remplie de ouate de cellulose  pour être exposée directement aux flammes d’un chalumeau pendant 3 minutes à une température de 800°C.

 Ce même test à ensuite été effectué en remplissant la caisse avec la laine minérale.

test-feu-supafill-loft-knauf

Les résultats

On constate que la ouate possède une très bonne résistance au feu  puisqu’elle a pu résister aux flammes et à l’énergie du rayonnement dégagée par celles-ci. Après 3minutes d’exposition, seule 3 cm en surface de la ouate on été affectés par un feu couvrant.  Par conséquent, l’isolant cellulosique était intact sur les 27 cm du dessous.

En ce qui concerne le Supafil Loft  presque la totalité de la surface de la laine à souffler avait fondue au bout de 3 minutes d’exposition au chalumeau. L’isolant fond à une température de 800°C et il reste  des points incandescents après l’extinction de la flamme.


Suite à cette étude, on peut donc en conclure que la ouate de cellulose est plus efficace contre la propagation d’un incendie déclaré. Le déphasage thermique et la résistance à l’écoulement d’air associés au traitement ignifuge, permettent de contenir la chaleur et de limiter l’apport en oxygène aux abords du foyer. Cela permet de gagner un temps précieux pour les secours et de repousser l’instant d’embrasement généralisé.

 

* Sources de l’étude (en Allemand) : 1 & 2

 

Enregistrer

Une réaction au sujet de « Comparatif de résistance au feu entre la ouate de cellulose et une laine à souffler »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *